Sukkwan Island de David Vann

12053_1134589J’ai été attirée vers ce roman par les très nombreuses critiques que j’ai lues ici ou là sur la blogosphère. On me l’a offert, et il est parti sédimenter dans ma PAL. Mais là, cet hiver, j’avais envie de nature sauvage et je l’ai ressorti …

Jim convainc son fils Roy, 13 ans, de venir passer avec lui une année dans une île déserte en Alaska. Au programme, pêche de saumons, salaisons de cerfs, constructions d’abris à bois, et retrouvailles en un père et l’enfant dont il s’est éloigné.
Mais Jim porte avec lui un lourd passé d’échecs, de relations difficiles avec les femmes. Mal préparé à l’hiver, dépressif, il laisse peu à peu découvrir à son fils le bourbier dans lequel ils se sont lancés.

C’est un roman que j’ai trouvé très difficile, très lourd. Le duo père/enfant ; la nature sauvage ; la survie ; l’imprégnation du passé m’ont rappelé The road, mais une Route sans rémission, où on s’enfonce toujours plus dans le cauchemars. Et cela pour une seule raison : la bêtise d’un homme que le hasard a rendu père, égoïste, incapable de penser pour d’autre que pour lui. La description de la descente aux enfers est extrêmement bien menée et le malaise qui déborde du roman finit par toucher le lecteur.
La lecture est difficile, de plus en plus nauséeuse. Cela va sans dire, Jim m’a énormément agacée. C’est un personnage principal avec lequel il est douloureux de passer du temps. Étrange idée de choisir un personnage insupportable comme coeur de son roman (j’ai ensuite compris les raisons personnelles qui ont fait écrire ce roman à David Vann, et pourquoi le père en était si invivable). Étrange sensation pour le lecteur de passer deux cents pages en compagnie d’un être avec lequel on refuserait de passer cinq minutes.

Au final, mon avis est mitigé. C’est un beau roman, une histoire forte puissante, où la Nature, qu’elle soit sauvage ou humaine, déborde. Mais c’est un roman douloureux, pénible, nauséeux dont j’ai été heureuse de tourner la dernière page.